Aurelie LAMOUR

Du 22 novembre au 1er décembre 2013

IMPRÉVU

BAR A VINS – BISTROT CANAILLE

Le projet

Voici des traces d’Amérique du sud, entre peinture et photo, ces images non retouchées, est le fruit du hasard. Un regard, un clic et un résultat imprévisible.

Technique utilisée : Holga « la caméra du peuple »
Cet appareil photo argentique de 730g d’origine chinoise, date de1982. Il propose très peu de possibilités de réglage, permet de s’éloigner de la complexité croissante des appareils d’aujourd’hui, et revenir aux bases de la photographie au profit de la créativité, avec une évidente part d’aléatoire.
On retrouve avec ce moyen format tous les défauts que les appareils d’aujourd’hui cherchent à corriger : flou, mauvaise exposition, couleurs faussées…

L’auteur

D’origine aveyronnaise, Aurélie LAMOUR se passionne pour la photo depuis l’enfance, se forme à l’école de l’image Les Gobelins à Paris, en section prise de vue, puis s’installe à Saou en 2007.
L’histoire d’un lieu ou d’un objet, la trace du passage de l’Homme et la sensibilité de chacun est au coeur des ses recherches photographiques. Elle expose à plusieurs reprises en France et à l’étranger.

Aujourd’hui, chaque prise de vue lui donne l’occasion de raconter des histoires à travers le décor, la mise en scène, la lumière… L’univers de chacun est alors source de créativité. En parallèle à son travail photographique, elle co-réalise des spots publicitaires pour le cinéma, avec Les Yeux Ouverts.

Enfin, elle aime aussi mettre de coté la technique au profit de l’aléatoire, avec son appareil Holga, qui n’offre aucun réglage, mais des résultats archaïques et incroyables.