TAGS ET CHEVROTINES CONTRE PHOTOGRAPHIES

Les œuvres de Yoriyas vandalisées

Le Conseil d’Administration de Présence(s) Photographie, à l’unanimité de ses membres, souhaite manifester publiquement sa totale solidarité avec l’artiste marocain Yoriyas Yassine Alaoui et dénonce avec fermeté les actes de vandalisme et de destruction, survenus sur l’une des expositions de la dernière édition du festival Présence(s) Photographie à Meysse (07).

Nous tenons à rappeler nos valeurs : notre attachement profond à la liberté d’expression, et en particulier artistique. Nous nous opposons à toute forme de discrimination, nous sommes ouverts sur le monde en accueillant des artistes de tous horizons.

Ces actes de destruction d’une exposition artistique, publique, libre et gratuite sont d’une grande lâcheté qui blesse tout autant les organisateurs que les artistes et le public.

Le, ou les, auteurs de ces dégradations n’ont visiblement rien compris du message joyeux et humaniste de cette série de photos gaies et colorées, réalisée dans sa ville de Casablanca par un jeune artiste à la renommée internationale grandissante.

Pour l’association,

Stéphane Lecaille, président de Présence(s) Photographie.

YORIYAS YASSINE ALAOUI – Casablanca not the movie

Les photographies exposées à Meysse










JUKEBOX PODCAST // Présence(s) Photographie / 4eme édition, Montélimar

Stéphane Lecaille et Yassine Alaoui alias Yoriyas, se sont prêtés au jeu du « Juke Box » de radio M

Ecoutons 🔊

En savoir plus…

Il y a 14 commentaires. Ajoutez le vôtre.

  1. christian Liotard

    C’est le comble de la bétise que de s’en prendre au travail de Yacine qui nous offre le meilleur de cette photographie humaniste que vous défendez à Présence.
    C’est aussi le risque que nous prenons les uns et les autres en portant l’art d’aujourd’hui dans l’espace public et nous n’allons pas nous aŕrêter là.
    Ne rien lacher donc sur la liberté d’expression et l’ouverture au monde.
    Belle idée de continuer avec Yacine dont le regard autour des croisements entre les mondes est juste et indispensable au milieu des replis identitaires de toutes natures.
    Bravo à vous .
    De ma part comme président et de toute l’équipe des Cafés Littéraires.

  2. Max Jacot

    Je trouve extrêmement fortes les images de Yoriyas et je les aime.

    J’expose souvent et de préférence en extérieur dans des lieux publics. Quand on le fait on s’offre à des réactions, d’émotion reconnaissante ou de colère, ou de bêtise. On descend dans l’arène avec le tout-venant des gens, et on n’a pas à les mépriser. Sinon on reste dans des lieux protégés.

    La réflexion et la concertation sur les manières de réagir aux éventuelles dégradations ça fait partie de l’acte d’offrir quelque chose au public. De s’ouvrir sans limite et sans prétention à l’Autre. Et ça doit travailler sur autre chose que le mépris.

    En créant des images, des textes ou autres, je ne me sens pas voué à une tâche supérieure, et je ne vois pas de raison d’être protégé des aléas du monde. Et je sais que les moches réactions qui peuvent nous tomber dessus ne sont que le reflet des violences qui parcourent en tous sens la société.

    Voilà.
    Toute mon admiration et mon affection à Yoriyas et aux organisateurs secoués dans leur boulot.
    Et merci pour tout ce que vous faites.

    Max Jacot

  3. Francis

    Bande de potes à la recherche d’une ivresse plus forte que le vide de leur existence ? Peut-être.
    Troupeau alcoolisé en quête d’un peu de consistance à leur ennui. ? Peut-être.
    C’est toujours en bande qu’on saccage. Entrainés les uns par les autres. La nuit quand il n’y a personne. Parce que ces crétins sont lâches et ont sans doute aussi manqué d’amour. Peut-être. Tout autant qu’ils ont manqué d’éducations. Jettent leurs cannettes de bières dans les massifs de fleurs. Sans doute. Ces crétins sont les fils de nos voisins. Ces crétins on les croise au supermarché, à l’épicerie du coin.
    Ces crétins sont des victimes d’eux-mêmes. Ils ont quelque chose à dire, il faudrait peut-être les écouter, mais ils ne trouvent pas les mots. Alors ils saccagent. Parce qu’ils ont peur. Ils macèrent dans la frustration parce qu’ils se sentent menacés. Arrosés par le web, par les écrans, par les images… Et c’est peut-être pour ça qu’ils s’en prennent à des images, ces crétins.
    Comme ces autres crétins, tout azimuts, qui les brûlent en scandant des conneries.
    La grande perversité des crétins dangereux c’est de nous embarquer dans leur dialectique et faire de nous des contre-crétins. Et faire que leur haine attise la nôtre.
    Démolir, brûler des images c’est vieux comme le monde mais on ne peut pas brûler des convictions.
    Chaque artiste rêve de toucher le public le plus large possible, Yoriyas a fait mouche, pour le meilleur et pour le pire.

  4. Annie sorrel

    Ces photos ont dérangé, parce qu’elles sont belles et vraies, une minorité qui s’arroge le droit de détruire… comme quoi la photographie n’est pas anodine. Elle a sa force de « révélation « . Le regard du photographe décille. C’est pourquoi il faut continuer à photographier, à exposer. … et à organiser des expositions !
    Merci pour tout le travail que vous faites !
    Annie Sorrel

  5. Sandy Rousson

    J écris pour faire part de mon total soutien et de mon amitié à yoriyas. J ai eu l occasion de la rencontrer dans le cadre des nuits photographiques de pierrevert, c est une très belle personne et un photographe exceptionnel.
    Je suis attristée et en colère. Ces actes sont une gifle à la beauté. Que dire devant tant de bêtise humaine…
    Un grand merci aux organisateurs du festival présences-photographie de mettre en lumière ces artistes indispensables et essentiels, qui est déjà en soi un acte de résistance face à l’obscurantisme et à la haine. Solidairement, Sandy Rousson

  6. Claire

    Bonjour,
    Triste et effrayée par autant de bêtise !
    Ces photos sont vraiment splendides !
    Certains ont le coeur rempli de haine et sont incapables de voir le beau…

  7. Dromoise

    Même dans les petites communes, ou il n’y à pas forcément de problème, le FN fait parler de lui et bien des gens ont votés FN. Alors pour ceux qui ont voté par défaut voilà ce dont est capable ces gens. Aucune tolérance dans la vie de tout les jours et même dans l’art. Je ne suis pas surprise, juste triste pour l’artiste et aussi pour eux ils n’ont rien compris.

  8. vince

    je suis meyssois et j’ai honte que mon village offre un tel accueil à cette belle expo. Encore un acte courageux digne des heures les plus tristes de l’histoire!

  9. Liliane

    Comme vous tous je manifeste mon soutien entier et indéfectible à Yacine. Personne ne crée une oeuvre, dans quelque domaine que ce soit, pour qu’elle soit détruite avec autant de violence et de haine. C’est donc l’argument final que la destruction totale de toute forme d’art ? Je suis triste, révoltée, dégoûtée de toute cette bêtise aveugle, et inquiète aussi car, partout où ce type de saccage a lieu, s’installent la haine et l’aversion de l’autre. Je suis citoyenne du monde et à ce titre revendique le droit de vivre, créer, regarder où bon me semble sans que personne ne s’arroge le droit de décider à ma place ce qu’il est bon ou sain que je vive, créée, regarde… Messieurs les destructeurs je vous méprise.

  10. GhB

    Je renouvelle ici mon soutien plein et entier à ce projet comme à l’ensemble des propositions artistiques offertes à la curiosité et à l’intelligence de l’espace public. Jamais nous ne pourrons lutter contre la bêtise et l’ignorance par la haine et la colère. Il faut expliquer, éduquer, aimer et recommencer encore et encore.
    Ne pas se décourager.
    C’est difficile mais indispensable.
    Ne nous laissons pas aller au désenchantement ; luttons pour que partout s’expriment les idées et convictions des artistes et autres poètes.

  11. Nous avons honte de notre pays. C’est ignoble. Quel image donnons nous à ce photographe marocain de grand talent. Voilà où nous en sommes. Rien ne peut nous en excuser. La réponse possible; faire un très grand tirage 4×3 m ou 5×4 m et le mettre au milieu de la place de la mairie de Meysse ? ou devant le bureau du F Haine….Notre collectif de photographes, Oeil de Terres, apporte tout son soutien à Yoriyas et à Présence Photographie dans cette épreuve…..

    • Sandy Rousson

      Je souscris totalement à ce qu oeil de terre ecrit. Sa proposition d accrocher un agrandissement à la mairie de ce village me paraît une excellente idée. La mairie doit produire un acte fort pour enoncer sa totale opposition à cet acte d’une extrême violence. Ne rien dire ou faire, c est consentir en silence. Un acte de résistance publique doit être fait symboliquement. Il ne faut rien ceder à la haine et à la bêtise. Sandy Rousson

  12. Didier

    Partout dans le Monde et ici aussi, la bêtise et l’obscurantisme essaient de pervertir la beauté de la vie. Quel contraste offre cette œuvre magnifique installée dans un si bel écrin,
    Merci et bon courage à l’artiste ainsi qu’aux promoteurs de cette exposition.

  13. Françoise Charron

    Avoir l’occasion de découvrir un pays et ses habitants à travers l’œil de l’un d’entre eux, est une grande chance. Yassine nous raconte sa ville, et sa joie d’y vivre. N’est-ce pas un formidable espoir ?
    Pour moi, les auteurs (ou auteures) de cette destruction ne sont que des casseurs, ne leur donnons pas plus d’attention qu’ils ou elles ne le méritent.

Déposer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *